FAÇADING

UNE VITRINE DE UN MÈTRE CARRE ZERO SEPT AU CŒUR DE LA GRANDE VILLE. UNE DIRECTRICE MARKETING. UNE JEUNE DEMANDEUSE D'EMPLOI À TEMPS PARTIEL – PEUT-ÊTRE ARTISTE LE RESTE DU TEMPS. DEUX EXIGENCES CONTRADICTOIRES : ÊTRE SOI-MEME ET CROIRE À (TOUT) CE QUE L'ON FAIT.

Façading est le pendant inverse, concentré et dément d'Une recrue. Ce qui dans Une recrue était tu et ravalé est ici déployé grandeur nature, sur la scène minuscule opérant comme une loupe, un scanner. Le "façading", c'est le procédé urbanistique qui consiste à détruire l'intérieur d'un bâtiment et à n'en garder que la façade, pour conserver l'harmonie du paysage urbain. Forme de vitrine architecturale, il donne l'illusion que ce qu'il y a à l'intérieur est la continuité de l'extérieur. La vitrine en jeu dans Façading est beaucoup plus perverse. Elle part du présupposé que ce qui traverse l'intérieur se voit systématiquement à l'extérieur, tout en revendiquant une stratégie commerciale du réel, du vrai. Partant d'une écriture qui énonce le dit autant que le pensé, Façading permet d'expérimenter les possibilités du jeu et de l'écriture, leurs interactions. Le cadre est posé. Essayons, réinventons, et observons ce qui déborde.

GÉNÉRIQUE

Texte et mise en scène de Noémie Fargier
Avec
Christelle Jacquaz
Charlotte Popon

Le texte est publié aux Éditions de la Gare

PRODUCTION

Production : cie Ascorbic. Coproduction : la cie de La Gare. Le spectacle a été créé les 22 et 23 janvier 2013 pour le festival Frictions Urbaines à Gare au Théâtre, Vitry-sur-Seine

Tu veux du real ? Tu veux du vrai ? Entrez. J'ouvre mes entrailles. Attention ça mord. Ça dégouline. Ça brûle. Come and see. Il y a quoi en dessous de tes cheveux tirés, ta peau si fine, Carole, je la décollerai bien pour voir, en dessous la chair, où elle se niche la bête, en laisse, bien muselée, elle en peut plus, faut la sortir, lâche ta chienne Carole ! Si on t'enferme dans un bocal, où tu la mets Carole, ça circule plus, ça s'asphyxie, déjà ça sort de partout, tu transpires sa bave, ton cerveau s'embue, faut que ça gicle, faut que ça sorte, mais ça se cogne contre les vitres, effet boomerang, et ça résonne, revient ressort, un sale mélange, c'est elle ou moi. Va courir la chienne ! Sors ta rage. On peut ouvrir ? Il y a pas la place pour deux, là ! Viens la faire taire Carole, viens la piquer, faut l'endormir, faut la buter, y a pas de place pour elle en ville, si on la lâche, elle va se planter contre un mur, foncer dans la masse et se planter, même pas mordre, aboyer, vainement, aboyer jusqu'au ciel, contre la terre entière comme elle mord sa propre queue, se planter contre un mur Carole, il faut bien trouver une issue, ou on la lâche, ou on la tue, qu'est-ce qu'on fait ?

© Ascorbic 2016

Compagnie Ascorbic 5 rue Victor Massé 75009 Paris

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean